De l’artisanat au service de l’industrie : le projet Alhstrom-Munkjsö

par | 18 Nov 2021 | Travaux de reliure

L’artisanat, une plus value pour Ahlstrom-Munkjsö

Comment tout a commencé

Une opportunité de folie pour l’Atelier 2C !

J’ai participé au mois de janvier dernier à un super festival : la Créativ’Alchimie, qui a rassemblé des milliers de personnes en ligne durant un week end sur le thème ” Libère ta créativité dans ton carnet”. D’ailleurs on remets ça en janvier 2022 ! Pour en savoir plus, suivez moi sur les réseaux, ou rendez-vous sur le site de la Créativ’Alchimie 🙂

J’ai eu l’honneur d’ouvrir les festivités avec un atelier en ligne sur la reliure à la japonaise. L’atelier a rencontré un vif succès et parmi les participants, quelqu’un a parlé de moi par la suite à une entreprise en recherche d’un artisan pour mettre en valeur leurs papiers techniques dans un carnet fait main.

Et le projet s’est lancé !

Ahlstrom-Munkjsö, c’est quoi ?

long stitch

Des papiers techniques, mais pas que…

L’entreprise Ahlstrom Munkjso est spécialisée en papeterie technique : leurs papiers sont utilisés dans une grande variété d’applications quotidiennes, telles que les sachets de thé, les capsules de café et les filtres, les emballages alimentaires, les masques faciaux, les matériaux de soins de santé, les papiers décoratifs de finition de surface.

Les débuts

L’idée est donc de présenter des papiers techniques (pas forcément joli au demeurant) dans un carnet, afin de présenter leur travail à leurs clients lors d’un webinaire (conférence en ligne).

Ils m’envoient donc un échantillon de ce qu’ils fabriquent afin que je puisse les voir et les toucher afin de commencer à réfléchir à une manière de les présenter.

logo ahlstrom
prototype

Le prototype

Il a été évident dès le début que je leur proposerai une reliure à la japonaise : quasiment introuvable dans le commerce classique, cette reliure est super originale et très adaptée pour la présentation de papiers qui peuvent avoir des densités différentes.

Je n’ai pas fait 36 essais. Voir et toucher leurs papiers m’ont menés vers des idées assez vite qui ont remportées l’unanimité du côté d’Ahlstrom !

On a bien sûr échangé ensuite longuement sur le contenu car il évoluait au fur et à mesure que se précisait la forme du webinaire.

Des carnets, des carnets, encore des carnets !

On s’est donc mis d’accord sur 300 carnets à créer en un mois ! Gros challenge pour l’Atelier 2C ! Comme vous le savez, je travaille seule. Il faut donc que je gère cette commande, en plus de celles qui étaient déjà en cours, la compta, les réseaux sociaux, les clients, les imprévus, les deux assos dans lesquelles je suis engagée.. ETC

Et bien j’ai réussi ! Beaucoup de stress, mais finalement, j’ai tellement appris… 

Au niveau de mon travail en soi sur la commande, j’ai énormément appris sur l’ergonomie, l’efficacité, le rythme de travail. J’ai aussi appris à prioriser, ne pas se laisser déborder, cesser de sauter d’une tâche à l’autre.

Et en même temps, j’ai aussi appris que la monotâche ne me convenait pas, donc je me ménageais des instants où je travaillais sur autre chose, en alternance. En gros, j’ai travaillé 6 heures par jour cette commande, et 3/4 heures sur mes autres commandes et les à côtés.

Je n’ai pas commencé ce travail comme je l’ai terminé : tout un tas de choses se sont mises en places au fur et à mesure de l’expérience et autant le premier carnet, j’ai mis une heure dessus, autant le dernier j’ai mis moins de 20 minutes !

photo coffe break
coffee break 2
prototype couverture arrière

Il y avait 15 pages spéciales et une trentaine de pages vierges pour pouvoir prendre des notes.

Chaque page en 300 exemplaires. J’ai donc travaillé chaque page une à une. Une fois qu’elles ont toutes été prêtes, je suis passée au montage : prendre chaque page dans l’ordre, percer le tout et coudre.

Une fois que c’était cousu, je passais aux finitions, par lot de 10 carnets : coller les triangles de papiers abrasifs sur la couverture de dessus, insérer les disques à manipuler par les clients à l’intérieur du carnet à la bonne place, plier les intercalaires et la couverture arrière pour que son rabat vienne à l’intérieur.

Et voilà ! J’ai fini dans les temps, je les ai envoyé, et visiblement, ils sont contents ! Le webinaire se déroule début décembre, j’ai hâte d’avoir des retours  !

 

J’espère que cet article vous aura plu, je vous ai vraiment embarqué avec moi dans cette aventure !

A très vite ( je vous prépare un reportage photo sur un autre projet : Une restauration d’un Jules Verne, édité chez Hetzel, paru au début du XXème ! )

Les derniers articles

Découvrez le travail de l’Atelier 2C à travers ses articles de blog que je prends à plaisir à vous écrire 🙂