Création d’un seul ouvrage relié, avec deux livres de Seamus Heaney, poète irlandais.

C’est aussi ça la reliure. C’est rendre beau et unique vos livres préférés, qu’ils soient sortis en 1850 ou en 2019. Ici, je suis partie de deux ouvrages de Seamus Heaney publiés dans la collection « Du monde entier » chez Gallimard.

Etapes de réalisation

Voici les deux ouvrages desquels je suis partie

La première étape est donc d’enlever l’ancienne colle qui tient toutes les pages, et de créer des cahiers : un ensemble de feuilles.

Qu'on vient coudre ensuite à la machine à coudre, oui, oui !

Il est temps de passer à la couture main, sur un outil en bois appelé cousoir.

Puis, une fois que notre bloc livre est créé, on rajoute une couche de colle sur le dos.

On vient ensuite l’arrondir au marteau. Pour ce faire, je place mon livre dans un étau à endosser, puis avec le nez d’un marteau, je viens coucher les cahiers à gauche et à droite pour marquer le « mors », qui est l’espace dans lequel vont venir se loger les cartons.

Préparation des cartons

Une fois que l’on a fait tout ça, on place nos cartons : les rubans vont venir se loger à l’intérieur, pour une solidité maximale !

Puis, je m’occupe de mettre du papier kraft sur l’intérieur des deux cartons, pour éviter que le cuir que je vais utiliser en couvrure, en séchant, ne se rétracte et bombe mon carton.

On peut maintenant passer à l’apprêture du dos ! Oui je sais, beaucoup de termes techniques, n’hésitez pas à me poser des questions 🙂

 

Cette étape est importante pour l’esthétique finale de votre livre : on rend le dos lisse grâce à une superposition de différents papiers plus ou moins épais, que l’on ponce au fur et à mesure de leur séchage.

On peut maintenant passer à l’apprêture du dos ! Oui je sais, beaucoup de termes techniques, n’hésitez pas à me poser des questions 🙂

 

Allez, maintenant, je pose mon cuir que j’ai au préalable affiné au couteau à parer.

J’ai pincé les nerfs pour que le cuir adhère parfaitement à la petite bande que j’ai collé dessous.

Ensuite, je rentre le cuir à l’intérieur du faux dos et je travaille la coiffe (là où rentre le cuir).

 

Je pose également les coins 🙂

Je choisis le papier avec mon client.

 

 

 

 

J'ai choisi pour ce livre une dorure simple et efficace.

Ouvrage terminé, prêt à prendre sa place dans la bibliothèque de son propriétaire, et reparti pour deux siècles de lectures !

 

L'article vous a plu ? N'hésitez pas à me le dire en commentant ci-dessous !